Je ne retrouve personne d’Arnaud Cathrine (ROMAN)

je-ne-retrouve-personne-arnaud-cathrineAurélien Delamare, écrivain trentenaire n’est pas enchanté de s’occuper de la vente de la maison familiale de Villerville. Établi à Paris, il vient de sortir un nouveau roman dont il doit assurer la promotion. Heureusement, ce n’est l’affaire que de quelques jours, cependant Aurélien va s’attarder en Normandie…
On est hors saison, le temps semble interrompu, les maisons sont fermées. Aurélien profite de la plage et de la cave de son père. Il faut dire qu’Aurélien est solitaire et dépressif, il se remet très difficilement d’une séparation, ses relations avec son frère ne sont pas au beau fixe et il apprend le suicide d’un de ses vieux amis. En lisant ce livre on a l’impression d’une chute vertigineuse vers la mélancolie. Aurélien va- t-il conserver la maison ? S’embourber dans ses souvenirs d’enfance et se protéger du monde extérieur en s’isolant à Villerville ? Bien au contraire il marque un temps d’arrêt pour mieux se relever…

Arnaud Cathrine a très bien rendu l’atmosphère calme, la douce mélancolie de la petite
station balnéaire l’hiver… Il nous donne envie d’aller faire une balade sur la plage et dans les petites rues de Villerville. Ce livre écrit sous la forme d’un journal intime, rythmé par les rêves du principal protagoniste, est très personnel. On se laisse littéralement porté par le récit. C’est un livre tout simple qui parle à chacun de nous. Il traite des échecs, des non dits, des problèmes relationnels avec nos proches et de la vie en générale. On aurait parfois besoin de s’offrir une pause comme Aurélien, en tout cas la lecture de ce roman nous offre un temps de répit, un souffle salvateur.

Disponible à la Médiathèque (Rdc, Espace Adulte, R 843 CAT)

 
Thèmes similaires
Tags :
#famille #romance #nostalgie
 

 

 

#Les_coups_de_coeur_de_l_équipe

Publicités

A propos Eléonore

Fan de peinture et de littérature du XIXe, mes livres préférés sont Anna Karénine de Tolstoï, La peau de chagrin de Balzac et Les nuits blanches du chat botté de Duchon-Doris.
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s