Americanah d’Adichie Chimamanda Ngozi (ROMAN)

Americanah d'Adichie Chimamanda NgoziAmericanah raconte l’histoire d’Ifemelou, jeune et jolie Nigériane d’une nature enjouée et pétillante d’intelligence. Au fil du récit, le lecteur voit évoluer la narratrice et se prend d’affection pour elle et pour les différentes personnalités hautes en couleurs qui l’entourent. Comme sa tante Uju, maîtresse attitrée d’un haut personnage du gouvernement nigérien dont elle a eut un enfant, l’adorable petit Dike ; la mère d’Ifemelou, fervente croyante qui change d’église au gré de ses envies ; ses amies plus gentilles et pulpeuses les unes que les autres, et surtout Obinze, l’amoureux transi de notre héroïne Obinze, ou «Ciel», comme elle le surnomme, est passionné de littérature américaine. Il ne souhaite qu’une chose : s’installer aux États-Unis. Oui mais voilà, c’est Ifemelou qui réussit à obtenir un visa et part suivre des cours dans une université américaine. Installée là-bas, elle va être confrontée au racisme et à la pauvreté. Elle va devoir renier ses principes et renoncer à son grand amour. Plongée dans la dépression bien souvent inhérente aux expatriés, Ifemelou va remonter la pente grâce à une de ses amies qui lui trouve un travail de baby-sitting, va rencontrer d’autres hommes, un Blanc riche et sexy puis un Noir américain érudit et engagé politiquement, fervent partisan d’Obama. À travers les yeux d’Ifemelou nous revivons tout ce que la campagne puis la victoire d’Obama a représenté pour les noirs américains (Ifemelou dit à un moment qu’elle redoutait tout le temps qu’Obama soit assassiné). La ségrégation n’est pas encore si loin… et le comportement des Blancs n’est pas le même vis-à-vis d’un Noir américain ou d’un Noir immigré. C’est toutes ces nuances que l’on perçoit dans le récit.

De retour à Lagos, Ifemelou dira qu’elle n’a plus senti le poids de la race une fois descendue de l’avion, qu’elle avait tout simplement l’impression d’avoir cessé d’être Noire. Car au bout de 15 ans, Ifemelou qui a réussi aux États-Unis grâce à son blog sur la race intitulé : « Observations diverses sur les Noirs américains (ceux qu’on appelait jadis les nègres) par une Noire non américaine » est de retour au pays.

Des États-Unis au Nigéria en passant par l’Angleterre grâce au périple d’Obinze, c’est trois continents qui nous sont donnés à voir à travers le regard incisif et sans concession d’Obinze et d’Ifemelou. Pour ma part, c’est le Nigeria que j’ai préféré car c’est toute la générosité de l’Afrique et ses ambiguïtés que nous découvrons ici. Si vous avez aimé la BD Aya de Yopougo, vous adorerez vous plonger dans la lecture d’Americanah. On se délecte à chaque page de ce beau roman au récit riche et palpitant. Et quel suspense ! : Ifemelou va-t-elle arriver à retrouver Obinze le grand amour de sa vie ? Americanah est sans aucun doute l’un des meilleurs romans que j’ai lus cette année.

Vous retrouverez ce livre dans l’Espace Adulte (Rdc) à la côte R 823 ADI

 
Thèmes similaires
Tags :
#romanEngagé #histoireD’amour
 

#Les_coups_de_coeur_de_l_équipe

Publicités

A propos Eléonore

Fan de peinture et de littérature du XIXe, mes livres préférés sont Anna Karénine de Tolstoï, La peau de chagrin de Balzac et Les nuits blanches du chat botté de Duchon-Doris.
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s