Tout ce qu’on ne s’est jamais dit de Celeste N.G (ROMAN SPEEDBOOKING)

Le but de notre comité de lecture est de parler des livres qui nous enthousiasment et bien justement, celui que je suis en train de lire me plaît énormément !
C’est pour cela que je ne résiste pas à l’envie de vous en parler même si je ne l’ai pas encore terminé !
Qu’il est bon d’avoir hâte d’aller se coucher pour savourer un bon moment de lecture ou de se réveiller dans la nuit en ne pestant pas contre le manque de sommeil mais avec la joie d’avoir un petit moment rien qu’à soi pour pouvoir lire tranquillement…
C’est le cas pour moi en ce moment car je savoure littéralement le roman que je suis en train de lire !

Il s’agit de Tout ce qu’on ne s’est jamais dit de Celeste N.G.
Un premier roman, une petite pépite d’une jeune auteure américaine établie dans le Massachussetts. Celeste N.G est née en 1980, elle est d’origine hongkongaise et cela n’est pas anodin pour la compréhension de ses personnages… En effet, les membres de la famille Lee, les protagonistes de notre histoire, doivent faire face au quotidien aux regards mesquins de leurs voisins, collègues et camarades de cours.
James Lee, dont les parents sont arrivés de Chine et ont dû faire des petits métiers dans l’établissement scolaire de leur fils, a toujours souffert de ses origines et du regard des autres. Un regard encore empreint de méfiance et de racisme envers les orientaux… (Précisons qu’on est dans l’Amérique des années 60 et que le racisme est encore très prégnant…)
Pour se sentir accepté, James Lee, très bon élève, entame une carrière de professeur à la fac, le poste d’Harvard auquel il aspirait va lui passer sous le nez justement à cause de ses yeux bridés… Il enseigne donc la discipline la plus américaine qui soit : l’histoire des cow-boys ! Et épouse une de ses élèves, Marylin, stéréotype de la belle américaine aux cheveux blonds vénitiens et à la peau diaphane !
Marylin, quant à elle, est une jeune femme très ambitieuse qui veut se défaire du carcan de sa mère et devenir médecin pour échapper à son terrible destin de femme au foyer. Il faut dire que sa mère qui l’a élevée seule enseigne les tâches ménagères et ne jure que par son livre de cuisine et de bonnes manières…. On est dans les années 60 et la place d’une femme est à la maison ! On n’échappe pas à son destin, Marylin devra sacrifier sa carrière professionnelle à ses enfants et à son mari… Même si celui-ci déplaît en tout point à sa maman qui, du coup, ne la reverra plus de son vivant !
James et Marylin sont parents de trois enfants : Nathan, Lydia et la petite dernière Hannah. Mais ils ont une nette préférence pour Lydia en qui Marylin fonde tous ses espoirs : Lydia, très bonne élève réussira là où elle a échoué : elle sera médecin !
Pour James, Lydia, avec ses yeux bleus, plus qu’aucun autre membre de la famille, sera intégrée à la bonne société de Middleton. En tout cas, il a beaucoup plus foi en elle qu’en Nathan qui n’a pas su faire face aux quolibets et qui est victime, tout comme lui, de ségrégation ethnique. Quand à la petite Hannah, on ne s’en soucie pas trop dans la famille…
Oui mais voilà Lydia disparaît ! Un beau matin toute la famille se réveille mais Lydia n’est plus là… Lydia est morte ! C’est d’ailleurs par cette phrase que le roman commence : « Lydia est morte mais ils ne le savent pas encore ».

Celeste N.G donne voix aux impressions et aux sentiments de chacun des membres restants de la famille qui font face comme ils peuvent à ce deuil terrible et où chacun essaie de comprendre ce qui a bien pu se passer… James, Marylin, Nathan et même Hannah, tous ont une théorie sur la noyade de Lydia… Le corps de Lydia a été retrouvé dans le lac qui se trouve non loin de la demeure familiale et une enquête est menée sans trop de zèle, la police croit plutôt à la thèse du suicide. Lydia loin d’être populaire, était une jeune femme de 16 ans désespérément seule, asservie par les rêves des autres… Cela expliquerait son geste, mais pour ses proches, Lydia a forcément eu un accident ou bien pire : elle a été victime d’un meurtre…

Bien plus qu’un roman policier, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est une très bonne étude sur l’Amérique des Trente glorieuses où les couples mixtes étaient encore pointés du doigt, où la différence n’était pas bien acceptée et où le melting-pot était loin de faire l’unanimité. Une Amérique où les femmes avaient du mal à s’accomplir en dehors de la sphère familiale et où elles avaient du mal à donner corps à leurs rêves.
Pour moi Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est surtout un formidable roman intimiste où la psychologie de chaque personnage est remarquablement bien ciselée et qui n’a de cesse de vous hanter jusqu’à ce que vous le repreniez….

Thèmes similaires
Tags :
#thriller #polar #romanpolicier #famille #speedbooking

Coups de coeur : #Les_coups_de_coeur_de_l_équipe

Publicités

A propos Eléonore

Fan de peinture et de littérature du XIXe, mes livres préférés sont Anna Karénine de Tolstoï, La peau de chagrin de Balzac et Les nuits blanches du chat botté de Duchon-Doris.
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.