L’enfant qui mesurait le monde de Metin Arditi (ROMAN)

D’origine turque, vivant à Genève, Metin Arditi
est un auteur que j’apprécie énormément.
Avec beaucoup de justesse et de tendresse, il dresse dans ses romans le portrait de personnages touchants aux prises avec les vicissitudes de la vie. Son style et la justesse des descriptions
des sentiments de ses protagonistes n’est pas sans rappeler l’œuvre de Stefan Zweig.
Après avoir lu plusieurs ouvrages de cet auteur,
sans jamais être déçue, c’est avec délectation que je me suis plongée dans L’enfant qui mesurait le monde paru aux éditions Grasset en 2016.

L’action se passe à Kalamaki, une petite île grecque proche d’Athènes. Kalamaki a connu son heure de gloire mais l’attrait des Cyclades a éloigné les Athéniens de cette destination pourtant si prisée auparavant.
Dévastée par la crise, l’île place tous ses espoirs dans la concrétisation
d’un projet d’hôtel de luxe. Cependant, ce projet, qui sur le papier doit permettre
de la faire revivre, risque aussi de la défigurer à jamais. Toute la population est en émoi
et semble partagée entre espoir pour l’économie de l’île et crainte pour son environnement. Eliot, un architecte d’origine grecque revenu s’installer à Kalamaki après un terrible drame, met en garde ses habitants contre ce projet immobilier qui risque de détruire à jamais le bel équilibre et l’harmonie qui règne sur leur île.
Eliot est un homme vieillissant dont la fille est morte il y a douze ans sur cette île à la suite d’un terrible accident. Profondément marqué par ce deuil, il reprend petit à petit pied grâce à l’amitié qui le lie au petit Yannis, un enfant autiste qui passe son temps à faire des calculs. C’est lui l’enfant qui mesurait le monde ! Pour aider Yannis à s’adapter aux autres,
Eliot lui communique sa passion pour la mythologie et lui raconte la vie des dieux de l’Olympe, leurs passions, leurs forfaits et peu à peu l’enfant se sociabilise
et s’éveille au monde.
Si vous avez envie de passer un bon moment de lecture, je vous invite à emprunter cet ouvrage captivant et si touchant !

Vous trouverez ce roman dans l’Espace Adulte (Rez-de-chaussée)

Thèmes similaires
Tags :
#amitié #deuil #enfance

Coups de coeur : #Les_coups_de_coeur_de_l_équipe

A propos Eléonore

Fan de peinture et de littérature du XIXe, mes livres préférés sont Anna Karénine de Tolstoï, La peau de chagrin de Balzac et Les nuits blanches du chat botté de Duchon-Doris.
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.