La nuit se lève d’Elisabeth Quin (ROMAN)

L’auteure découvre un jour que son oeil est malade, qu’un glaucome pollue, opacifie tout ce qu’elle regarde. Entre les consultations médicales et les séances chez les marabouts, ses lectures, de Lusseyran à Hervé Guibert et Jim Harrison, et ses exercices pour éveiller ses autres sens (marcher, penser et écouter), elle évoque son quotidien et son cheminement vers la sagesse.

Publicités
Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.